Monuments historiques de Preuilly-sur-Claise Enregistrer au format PDF

Textes extraits de « la Touraine archéologique » de Ranjard de 1981 & Cartes postales de la collection de Mr ROMA

 Château-des-Lions

Le domaine de Preuilly était considéré comme la première baronnie de Touraine. En 930 Le vicomte Atton, premier seigneur connu, y construisit un château qui fût appelé château du Lion Celui-ci fut détruit de fond en comble en 1116 par Foulques II d’Anjou, puis relevé de ses ruines vers 1130 par Pierre de Montrabel.

Au XIVe siècle la forteresse soutint plusieurs sièges contre les Anglais, qui s’en emparèrent et la démantelèrent. Vers 1422, Pierre Frotier, premier baron de Preuilly de ce nom, époux de Marguerite de Preuilly, restaura à nouveau le château.Charles VII lui confia l’éducation de sa fille Jeanne, qu’il eut d’Agnès Sorel.

Parmi les successeurs de la famille Frotier, on remarque, comme possesseurs de la baronnie de Preuilly les de Gaucourt, les d’Amboise, les de la Rochefoucauld, César de Vendôme, les Chasteigner de la Rochepozay, les de Crevant d’Humières, les de Gallifet et les de Breteuil.

Les dernières réparations du château furent faites au début du XVII siècle par César de Vendôme. Mais à partir de 1650 les barons établirent leur résidence à Azay-le-Ferron, et abandonnèrent définitivement leur château de Preuilly.

De cette vieille demeure féodale, où l’on ne pénétrait que par un seul pont-levis, situé au nord, et que défendaient des murailles flanquées de tours et bordées de douves, il ne reste que quelques débris.

chateau du lion de Preuilly-sur-Claise ancienne carte postale de Preuilly-sur-Claise ancienne carte postale de Preuilly-sur-Claise ancienne carte postale de Preuilly-sur-Claise ancienne carte postale de Preuilly-sur-Claise 20363983

 Ancienne-poterne-du-château-du-lion

(cad. B 129) : inscription par arrêté du 27 octobre 1971 poterne, élévation, toiture

preuil3 preuil7

 Chapelle ancienne église Sainte Mélanie

Inscription par arrêté du 12 mai 1927 Auprès du château moderne qui l’a remplacée se voient encore les ruines de la collégiale Saint-Mélaine, édifiée au XIIe siècle dans l’enceinte de la forteresse, et qui, d’après d’anciens documents se composait d’une nef unique précédée d’un porche et terminée à l’est par une abside semi-circulaire.

Elle fut dévastée en 1562 par les huguenots, et détruite en 1595 par Claude du Puy, châtelaine de Preuilly, femme de Louis Chasteignier, qui se convertit au protestantisme.

De cette belle église ne subsistent que les ruines du porche, divisé dans sa largeur en trois travées. La façade est percée, dans la travée médiane, d’une porte en arc légèrement : brisé à deux rouleaux, accostée de colonnettes, et elle est ajourée de deux fenêtres en plein cintre superposées.

Chaque travée latérale présente à son rez-de-chaussée une arcade aveugle. La façade orientale, correspondant à la nef, a sa base enfouie par la surélévation du sol. La porte d’accès à la nef a perdu, du côté de celle-ci, toute décoration lors d’une réfection moderne, mais elle a conservé à l’intérieur ses trois voussures portées de chaque côté par trois colonnettes. Deux arcades en plein cintre relient les trois travées du porche dont les voûtes ont été enduites de ciment lors de la reprise moderne.

eglise st Mélaine de Preuilly sur Claise eglise st Mélaine de Preuilly sur Claise église st mélaine de Preuilly sur claise

 Eglise abbatiale bénédictine Saint-Pierre église

Le monument le plus intéressant de Preuilly, et l’un des plus beaux édifices religieux de la Touraine, est l’église abbatiale Saint-Pierre aujourd’hui église paroissiale.

L’abbaye bénédictine de Saint-Pierre de Preuilly fut fondée en 1001 par Effroy, seigneur du lieu, achetée par Gausbert, abbé de Marmoutier et donnée par lui à Joseph II, abbé de Saint-Julien de Tours. L’église fut consacrée en 1009 par Archambault, archevêque de Tours, et placée sous le vocable des douze Apôtres et plus spécialement sous celui de saint Pierre, mais cette date, gravée au XVIIIe siècle au-dessus de la porte occidentale ne peut s’appliquer à l’église actuelle.

Le premier abbé de Preuilly fut un moine nommé Amblard, que le trésorier de Saint-Martin, Hervé de Buzançais, fit venir du monastère de Mallezais. En 1025 l’abbaye de Saint-Pierre fut séparée de celle de Saint-Julien et devint autonome, et elle ne tarda pas à accroître ses possessions qui devinrent rapidement considérables, grâce à la munificence des seigneurs environnants.

Pendant les guerres de Religion, en février 1562, elle fut saccagée et son chartrier presque entièrement détruit. Par la suite l’abbaye perdit peu à peu tous ses domaines. En 1789 ses revenus suffisaient à peine à l’entretien de quatre ou cinq religieux.

lire la suite de l’article

11e siècle ; 12e siècle ; 15e siècle ; 19e siècle Eglise (cad. B2 1065) : classement par liste de 1840 Propriétaire : propriété de la commune Site protégé : abords d’un monument historique Date de protection : 1840 : classé MH

Abbaye preuilly sur claise 37 interieur detail neo light preuil2 abbatiale Saint Pierre de Preuilly sur Claise abbatiale Saint Pierre de Preuilly sur Claise abbatiale Saint Pierre de Preuilly sur Claise ancienne carte postale de Preuilly-sur-Claise abbatiale Saint Pierre de Preuilly sur Claise abbatiale Saint Pierre de Preuilly sur Claise

 cloître de l'abbaye et maison canoniales

Au sud de l’église et adjacent au croisillon méridional, subsiste un bâtiment du XVIe siècle, qui limite à l’est le préau du cloître de l’abbaye.

Son rez-de-chaussée est occupé en partie par la salle capitulaire, carrée et divisée en quatre travées, voûtées sur croisées d’ogives retombant d’une part sur le chapiteau d’une colonne centrale et d’autre part sur des culs-de-lampe. Une porte en arc surbaissé donne accès à cette salle, éclairée de chaque côté de cette porte par des fenêtres jumelles circonscrites par un arc en plein cintre.

A la muraille orientale se voit un bas-relief mutilé représentant la Crucifixion. Au-delà, la façade de ce bâtiment présente au rez-de-chaussée quatre arcades, aujourd’hui condamnées. Au-dessus on remarque des corbeaux sur lesquels s’appuyait la charpente qui couvrait la galerie correspondante du cloître.

L’étage supérieur comprend une salle qui était le dortoir. Au sud de l’ancien préau existent des maisons canoniales du xve siècle, dont l’une est flanquée d’une tour octogonale d’escalier.

Monument historique de Preuilly-sur-Claise abbatiale Saint Pierre de Preuilly sur Claise abbatiale Saint Pierre de Preuilly sur Claise abbatiale Saint Pierre de Preuilly sur Claise

 Hôtel de la Rallière

A l’est de l’abbatiale, l’hospice communal est aménagé dans l’ancien hôtel de la Rallière, qui fut donné à la ville en 1854 par son propriétaire d’alors M. Dauphin, en vue de cette destination. L’hôtel de la Rallière fut construit vers 1630 par Samuel Gandon, seigneur de la Rallière, compromis pendant la Fronde et très fortuné. Il avait projeté de faire reconstruire Preuilly en entier. La mort l’empêcha d’exécuter ce projet. Son manoir se compose d’un corps de bâtiment relié à deux pavillons inégaux dont le plus grand est au midi. On remarque dans la décoration les initiales S.G. du fondateur.

Hôtel, 17e siècle Les bâtiments du 17s : inscription par arrêté du 11 juillet 1942 adresse route de Bossay proche de la maison de retraite

ancienne carte postale de Preuilly-sur-Claise la Rallière Preuilly-sur-Claise Monument historique de Preuilly-sur-Claise

 hôtel du <span class="caps">XVII</span><sup class="typo_exposants">e</sup>

Devant la façade de l’église Saint-Pierre se remarque un hôtel du XVIIe siècle, élevé d’un rez-de-chaussée, d’un étage et d’un comble et dont la façade est couronnée de trois lucarnes à fronton brisé. Cet hôtel servait de presbytère jusqu’à une époque récente. Les façades et les toitures : inscription par arrêté du 13 juin 1941 Construction entre 1704 et 1710. Adresse : anciennement 10-12 place de l’ Abbaye

ancienne carte postale de Preuilly-sur-Claise

 Ancien Hôtel de Ville

Dans une petite rue située au pied du coteau que domine le château, un bâtiment du XVI siècle, avec petites tourelles d’angle en encorbellement, est considéré comme un ancien prêche calviniste. inscription par arrêté du 20 mars 192 située 13 rue Saint-Pierre. 15e siècle et 16e siècle

ancienne carte postale de Preuilly-sur-Claise

 église Notre Dame des Echelles ou Sainte-Marie-des-Echelles

Ancienne église, 11e siècle ; 13e siècle ; 15e siècle ; 16e siècle Entourés de maisons anciennes, et convertis en salle de spectacle se voient plus loin les restes de l’église Notre- Dame ou Sainte-Marie-des-Echelles. Ce terme vient peut-être de la rapidité du chemin — la route de Loches — par lequel on y parvenait de la ville.

Selon la tradition elle aurait été fondée en 1217 par Eschivard II de Preuilly au retour d’un pèlerinage en Terre Sainte. La façade est ouverte d’une porte en arc brisé et, au-dessus, d’une fenêtre divisée par son réseau en deux baies en lancette et une rose. La nef unique aboutit à un transept dont la croisée est voûtée sur une croisée d’ogives profilées d’un tore, et dont le croisillon méridional est sur plan semi-circulaire et voûté en cul-de- four.

Le croisillon nord fut refait au XVe siècle sur plan rectangulaire et est voûté sur une croisée d’ogives de section carrée dont les arêtes sont abattues par des cavets et qui retombent sur des culots. Une travée de chœur barlongue, voûtée sur ogives profilées d’un tore en amande, termine maintenant l’église dont l’abside fut détruite au XVe siècle. (cad. B 333) : inscription par arrêté du 10 décembre 1987 Adresse : 4 rue Notre-Dame

preuil8 ancienne carte postale de Preuilly-sur-Claise

 ancienne église saint Nicolas

Preuilly possédait trois autres églises paroissiales. Deux d’entre elles ont été complètement détruites. De la troisième, Saint-Nicolas, du XII siècle, transformée en maison d’habitation, subsiste la façade occidentale, épaulée par quatre contreforts et dans laquelle s’ouvre une porte en plein cintre. Dans le parement de la muraille septentrionale de l’église a été respecté d’un chapiteau décoré d’un oiseau à tête humaine sonnant de l’olifant.

 Château de Font-Baudry ou Fontbaudry

Le château de Fontbaudry, situé au nord-est de Preuilly, est un ancien fief qui relevait de la baronnie de Preuilly. Il portait au XIIIe siècle le nom de Fons Balderici. Henri II Ancelon en était seigneur en 1320, et ses descendants lui succédèrent jusqu’au début du XVIIIe siècle, époque à laquelle le domaine passa aux mains de Nicolas de Breteuil, baron de Preuilly, et fut ainsi annexé définitivement à la baronnie. Le château actuel datant de la 1re moitié 19e siècle L’ ensemble des façades et des toitures (cad. A 240) inscription par arrêté du 3 mai 1963

 Maison Renaissance

Près de l’église Notre-Dame et faisant le coin de la rue Saint-Mélaine, un hôtel du XVIe siècle dresse ses façades formant un angle obtus et dont la porte et les fenêtres sont décorées de pilastres. Presque en face, au n° 13 de la rue Chaumont-Patin, est une autre façade de la même époque.

preuil7

 Chapelle de Tous les Saints

La chapelle du cimetière du XV siècle, dédiée à tous les Saints, composée d’un simple nef à chevet plat où donne accès une porte en arc brisé moulurée de deux cavets. On y voit des restes de peinture murale. Chapelle de Tous-les-Saints : inscription par arrêté du 13 mai 1953 Cette chapelle est située à l’ angle de l’ ancien cimetière, aujourd’hui jardin public. Elle est ornée d’ une peinture murale représentant une danse macabre. Adresse : C.D. 42, ancien cimetière

chapelle de tous les saints

 Manoir du Pouët

Manoir, 16e siècle Les façades et les toitures (cad. A 185) : inscription par arrêté du 29 août 1984

Le Pouet

 Pour faire vos propres recherches

pour en savoir plus et effectuer vos propres recherches, utilisez le site des archives de Tours

des documentations et d’autres informations sont disponibles sur le site de la société archéologique de Touraine

Abbaye preuilly sur claise 37 interieur detail neo light preuil2 preuil3 preuil7 preuil8 20363983