FROID, NEIGE L’ACTIVITE CONTINUE Enregistrer au format PDF

LES EXPLOITATIONS DE JANVIER

Des prélèvements raisonnés et calculés

 les coupes dites de régénération

Le mois de janvier voit les coupes dites de régénération se mettre en œuvre. Ce sont des gros volumes qui font partie de ce que les forestiers appellent les peuplements de récolte.

Pour le promeneur, ce sont des étalements imposants de grumes le long des routes forestières ; et les forestiers entendent souvent à cette période :« vous coupez tout que va-t-il rester ? »

Revenons au commencement de l’histoire, c’est à dire lorsque la forêt a été aménagée. L’objectif d’un aménagement forestier est de procurer au propriétaire de la forêt des revenus réguliers sur la durée de cet aménagement, en général 15 ans.

Pour assurer des revenus réguliers, il faut que la forêt dispose de toutes les classes d’âge, du semis de 10 centimètres à la vieille futaie de 30 mètres. L’aménagiste va diviser la forêt en différents « quartiers » celui dont on parlera aujourd’hui sera la quartier de régénération.

Pour calculer un quartier de régénération, c’est à dire de remplacement d’une vieille futaie par de jeunes semis qui vont assurer la pérennité de la forêt, le calcul est très simple : Arrondissons la surface de la forêt à 1000 ha, l’essence de production principale est le chêne rouvre qui se cultive sur 200 ans (attention 200 ans n’est pas l’âge de vie de cette variété d’arbre mais l’âge auquel ses qualités technologiques sont les meilleures).

Pour connaître la surface annuelle à régénérer nous allons diviser 1000 ha par 200 et nous obtenons 5 ha par an.

Pour un aménagement d’une durée de 15 ans la surface à régénérer sera de 75 ha. Mais les contraintes de travail ( les parcelles forestières ont des surfaces moyennes de 15 ha) et économiques ( le marché demande des lots de bois de plus en plus gros d’environ 1500 à 2000 m3) obligent le forestier à regrouper l’effort de régénération de plusieurs années, en général les 75 ha de régénération sont conduits en quatre étapes d’environ 20 ha.

C’est donc pour cela que tous les 3 ou 4 ans le promeneur découvre des alignements imposants de grumes le long des routes forestières.

Une régénération dure en moyenne huit ans. Le forestier commence par éclairer le sol, il fait enlever le taillis en place. Ensuite il va procéder à une coupe d’ensemencement, il va sélectionner et mettre à distance les chênes pour que les mieux conformés aient leur houppier à lumière.

Mis en lumière la production de glands sera plus importante. Ensuite viendront les coupes secondaires (une ou deux selon la couverture de semis au sol) puis enfin la coupe définitive ou coupe rase.

Parallèlement aux coupes, les semis sont dégagés des ronces et des fougères par les ouvriers tous les ans. Pendant tout le mois de janvier , les ouvriers forestiers vont continuer le dépressage de chênes rouges et ils vont commencer début février les travaux de taille des fruitiers de l’allée des pommiers.

 le conseil du mois

En janvier, les principaux travaux des amateurs au jardin seront des travaux de taille ou d’élagage d’arbres.

Le principe d’une bonne taille est une taille qui se fait sur du bois d’ un an, deux tout au plus. Sur des vieux bois, on sera dans le domaine du rattrapage de taille voire d’élagage.

Souvent les arbres les plus mal taillés sont les tilleuls conduits en boule car la taille est pratiquée au ras de ce que l’on appelle « la tête de chat » c’est à dire le bourlet qui se forme taille après taille d’où repartent les rejets de l’année.

Parfois cette tailles est pratiquée à la serpette alors qu’une bonne taille devrait être pratiquée au sécateur juste au dessus du premier bourgeon du bois de l’année soit à un centimètre environ du départ de l’année précédente. Ainsi la blessure cicatrisera très vite, les nécroses ne se formeront pas.

A savoirc’est à son implantation que se décide la forme adulte d’un arbre, si c’est une forme taillée qui est désirée, la taille commence l’année après la plantation et se poursuit tous les ans pendant toute la vie de l’arbre. Un arbre développé que l’on décide de rabattre et tailler développera très vite des nécroses. Sur un arbre, on ne rattrape pas non plus des années de non taille.

 Une activité nature

 :

Dimanche 1er mars, randonnée pédestre dans le parc animalier de la Haute - Touche avec visite commentée du site par les soigneurs ; départ de la cour intérieure du château d’Azay le Ferron. Renseignements et inscription auprès de l’Office du Tourisme d’Azay le Ferron.