Antoine Hervier Trio à Preuilly Enregistrer au format PDF

Soirée Jazz à preuilly sur claise le vendredi 6 mars à 20 heures 30 à la salle des fêtes.

Antoine Hervier trio

d’après Ouest France

Hérissée de bases américaines, la région Poitou-Charente a été, durant les Trente glorieuses, un des terreaux du jazz français. Le pianiste et organiste Antoine Hervier est bien un héritier de cette saga provinciale.

Familier des big bands, cet instrumentiste préfère malgré tout la latitude du trio piano-basse-batterie. Dans ce dessein, il a très tôt découvert ce que lui apporte le talent de son contrebassiste, le discret Guillaume Souriau, au jeu perlé, tout de complicité.

C’est à Vincent Frade qu’est revenue la responsabilité de remplacer les illustres titulaires des précédentes configurations : Charles Bellonzi et Sangouma Everett. Il s’en acquitte avec conscience, chauffant et rôdant patiemment, au fil des morceaux et des concerts, son jeu à l’esthétique puritaine.

Antoine Hervier produit un jazz véritablement cousu main, couvrant avec santé toute l’étendue de son clavier, dans d’énergiques improvisations. Ses compositions personnelles, comme « My Queen of heart », alternent avec des tubes immortels tels que « Billie’s bounce », « Jitterburg waltz », « Fujiyama », sans oublier les inusables « Moanin » ou « Saint-Thomas », fredonnés ou mimés par une assistance unanim

Antoine Hervier est un jeune pianiste et organiste poitevin qui a choisi de mettre son talent au service du swing, perpétuant ainsi la tradition qui fit l’heure de gloire du jazz autour des années 40 à 50.

Pour autant, ces références ne l’empêchent de contribuer au développement de cette musique. En effet, grâce à sa personnalité musicale qui transparaît aussi bien dans des compositions fort réussies comme Vernell’s Party (hommage explicite à Ahmad Jamal) ou Tropic Bop (d’une chaleur communicative) que dans la cohésion de son trio auquel il impose un équilibre sans faille, il prolonge de belle manière les pistes ouvertes par les grands noms du clavier, de Bud Powell à Oscar Peterson, sans pour autant tomber dans les excès d’une recherche de l’originalité à tout prix.

Sa brillante technique et son imagination dans les improvisations, alliées à un sens exact du tempo, font de ses concerts des moments de jubilation et d’enthousiasme que le public n’hésite pas à partager.

La formule duo (soit contrebasse/piano soit piano/voix) permet d’apprécier tout le talent et la finesse sur des standards que sur ses propres propositions.